Afrique de l’Ouest : Lomé a accueilli ma seconde réunion d’évaluation du « free roaming »

La seconde réunion d’évaluation du « free roaming » en Afrique de l’Oust s’est tenue, du 23 au 24 juilet 2018, à Lomé, sous l’égide de l’Autorité de réglementation des secteurs des postes et de télécommunications (ART&P) du Togo. Il s’est agi pour les pays signataires du Protocole d’Abidjan sur le « free roaming » de faire un bilan de sa mise en œuvre.

Instrument d’intégration numérique dans la zone, il a permis de « d’établir la gratuite de la réception d’appels en situation de roamingdans l’espace considéré et la réduction très sensible des prix d’appels qui sont désormais indexés aux tarifs applicables aux usagers locaux », a dit la ministre togolaise de l’Economie numérique Cina Lawson, lors des travaux de cette rencontre.

En effet, selon les termes de l’accord du projet de « free roaming» en Afrique de l’Ouest, les appels des abonnés en déplacement sont facturés au tarif local dans le réseau du pays visité de la sous-région. « Avec le free roaming, il n’est plus besoin de se procurer une carte d’un pays visité pour effectuer ou recevoir des appels », a expliqué Abayeh Germain Boyodi. Selon le directeur général de l’ART&P du Togo, «l’avantage du free roaming, c’est que lorsqu’on vous appelle, vous ne payez rien et celui qui vous a appelé, paye toujours localement. Quand vous émettez dans un autre pays, c’est le tarif du pays visité qui vous est appliqué, donc il n’y a plus de surtaxe. »

La réunion de Lomé a ainsi permis aux autorités en charge de la régulation des télécoms et du numérique dans la sous-région ouest-africaine de porter un regard sur le Protocole d’Abidjan entré en vigueur le 31 mars 2017 et paraphé par sept pays (Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Togo et Sénégal).

Le Protocole d’Abidjan pour le free roaming découle de la volonté politique des chefs d’Etat africains d’établir sur le continent un marché numérique commun. Il constitue un projet phare de l’Alliance Smart Africa, qui réunit aujourd’hui 24 pays africains.

Fatou B. DIOP

Related posts

Leave a Comment