Développement du Mobile Money : Ces écueils que doivent surmonter les géants d’Afrique

Développer-le-potentiel-du-mobile-money-en-Afrique-GSMA-Innovafrica

Plus qu’ailleurs dans le monde, l’Afrique subsaharienne est le fief par excellence de l’argent mobile. La GSMA estime à plus de 60% de la population adulte disposant d’un compte d’argent mobile. Toutefois, toutes les potentialités ne sont pas encore pleinement exploitées, notamment en Egypte, en Ethiopie et au Nigéria.

Dans ces pays, les opportunités de débloquer la croissance et d’accroître l’inclusion financière sont en effet immenses. Avec une population cumulée de 242 millions d’habitants, ces trois géants démographiques ne disposent que d’un nombre limité de services d’argent mobile. D’où un taux d’inclusion financière faible. Dans le dernier rapport de la GSMA, publié dans la foulée du World Mobile Congres (Barcelone, 25 au 28 février 2019), dans ces trois pays d’Afrique, 110 millions de comptes d’argent mobile pourraient être ouverts dans les cinq ans à venir. Actuellement, le nombre d’utilisateurs de comptes de mobile money oscillent entre 32 et 39 %.

Selon la GSMA, les raisons à cette sous-exploitation varient d’un pays à l’autre. « Au Nigéria et en Égypte, les cadres réglementaires ont permis à peu d’acteurs d’offrir des services d’argent mobile, ce qui a permis de réduire les investissements et de réduire le nombre de produits et services innovants. En Éthiopie, une entreprise de télécommunication strictement réglementée, les restrictions imposées à la concurrence, le manque de connectivité Internet et le faible niveau de confiance des consommateurs et de connaissances financières ont créé des obstacles à l’utilisation et à l’entrée sur le marché. »

Mais le changement arrive, estime la GSMA. En 2018, des réformes réglementaires ont été introduites au Nigeria et en Égypte afin d’exploiter le potentiel de l’argent mobile pour favoriser l’inclusion financière. Des réformes et une stratégie d’inclusion financière ambitieuse en Éthiopie ont attiré l’attention des opérateurs de réseaux mobiles et des acteurs non dirigés par ceux-ci. Ces réformes pourraient déclencher une vague d’adoption dans ces trois pays – plus de 110 millions de nouveaux comptes d’argent mobile au cours des cinq prochaines années – et contribuer à la réalisation des objectifs d’inclusion financière définis dans les stratégies nationales respectives.

Hawa THIAM

Related posts

Leave a Comment