e-Commerce : Une manne 500 milliards de dollars à engranger d’ici 2030

e-commerce-Afrique-Innovafrica

Le développement du commerce électronique pourrait générer 500 milliards de dollars pour l’Afrique d’ici 2030.

Grâce à la forte pénétration du mobile et les efforts des opérateurs télécoms dans l’accès à internet au plus grand nombre, le commerce électronique en Afrique a de beaux jours devant lui. Dans un nouveau rapport du cabinet de conseil BFA, commandé par Mastercard Foundation, on peut y lire que « l’un des principaux bénéficiaires de ces points de données optimistes sera le commerce numérique. » Pour l’instant, la marge de progression est énorme en Afrique. Le commerce électronique ne représente encore que 1% du commerce de détail, contre 14% et plus dans des pays comme les États-Unis et la Chine.

Jusqu’à 85% des transactions de commerce électronique en Afrique sont toujours des paiements à la livraison. Dans sa définition du commerce numérique, le cabinet de conseil BFA englobe tous les domaines de la vente au détail en ligne et de l’économie du partage, à l’économie des plateformes et au commerce numérique.

Aujourd’hui, la GSMA estime à 500 millions le nombre d’utilisateurs de l’internet mobile en Afrique d’ici 2020, et que 70% des abonnements à la téléphonie mobile seraient connectés à Internet d’ici 2030. Des données qui peuvent favoriser davantage le développement du e-commerce et impacter le développement de l’économie africaine, par la création d’emplois formels notamment. D’ici 2030, le e-commerce pourrait générer 500 milliards de dollars. Or, regrette BFA, « la plupart des décideurs africains ne disposent pas encore d’une voix claire et complète sur les enjeux ni d’une position nationale à leur égard. » En Afrique, seule l’Egypte est dotée d’une politique nationale en matière de commerce électronique.

Hawa THAM

Related posts

Leave a Comment