FAO : les TIC pour attirer les jeunes vers l’agriculture

FAO-Agritech-Innovafrica

Une agriculture, disons-le…sexy, attrayante pour les jeunes. Voilà la trouvaille de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à travers « des projets visant à accroître l’engagement, l’entreprenariat et les opportunités d’emploi pour les jeunes. »  Selon le communiqué qui nous est parvenu, « le facteur clé de ces perspectives d’emploi réside dans l’accès – au financement, au crédit, à la formation, à la terre, aux ressources naturelles et, en particulier, aux technologies de l’information et de la communication (TIC) ».

Pour la FAO, Internet offre ainsi des espoirs concrets en matière d’innovation et de prospérité. « Ainsi, bien appliquées à l’agriculture, les TIC pourraient libérer ce secteur de la stigmatisation – associée au travail pénible et les perspectives peu encourageantes en matière de revenus – et le rendre plus attrayant pour les jeunes. »
Dans ce sillage, elle entend également promouvoir un nouveau type de transformation rurale, « une urbanisation de zones rurales en leur fournissant des services de base tels que l’éducation, la santé, l’électricité, l’accès à Internet ».

Des collaborations avec les gouvernements du Nigeria, du Sénégal, de la Guinée-Bissau ont permis de former ça et là plus de 700 000 jeunes du continent.

Quant aux agriculteurs, ils ont depuis longtemps bénéficié des TIC pour accéder aux informations sur les prix, les conditions météorologiques, etc. Au Sénégal, par exemple, 82 000 producteurs sénégalais ont des informations agricoles par les TIC, d’après les chiffres du projet Services d’information climatiques pour améliorer la résilience et la productivité au Sénégal (CINSERE, en anglais).

Mouhamed KEBE

Related posts

Leave a Comment