Finance digitale : « La Bceao offre des services innovants et inclusifs aux populations vulnérables » (Directeur national)

DG-Bceao-Sénégal-Finance Digitale-Innovafrica

Dans son intervention, ce 29 novembre 2018, à Dakar, lors de la dernière session du groupe de travail de l’UNCDF consacré à la finance digitale le directeur national de la Bceao, M. Ahmadou Al Amine Lô a rappelé le rôle de l’institution régionale dans l’inclusion financière des populations vulnérables et sur les deux projets déroulés dans ce sens.

Le taux de bancarisation reste faible au Sénégal. Selon des chiffres officiels, il est de 20%. Pour palier ce gap qui obère l’inclusion financière des populations, la finance digitale apparaît comme LA solution.  C’est pourquoi la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), en partenariat avec les écosystèmes numériques nationaux déroule un programme d’accompagnement et d’éducation financière pour les populations africaines vulnérables et exclus du système financier classique. Selon le directeur national Sénégal, Ahmadou Al Aminou Lô, « le but du programme est d’offrir des services financiers innovants aux populations des zones reculées. »

Ce programme s’inscrit dans le cadre de la Semaine de l’inclusion financière organisée concomitamment dans les huit États de l’Union économique et monétaire de l’ouest-africain (Uemoa).

Bon élève de la zone dans le secteur de la finance digitale, le Sénégal a déjà atteint l’objectif de 75% d’utilisation des services financiers innovants fixé par la Bceao à l’horizon 2020. Pour autant, M. Lô reste conscient du fait que « l’avènement de la finance digitale entraîne des mutations, avec notamment l’avènement d’acteurs non bancaires, comme les Fintechs, par exemple. »

Les deux projets de la Bceao pour une inclusion financière 

Ainsi, en appelle-t-il à poursuivre le dialogue fécond mis en oeuvre par la Bceao depuis 2015 avec tous les acteurs, et ayant présidé à l’élaboration par l’institution bancaire régionale d’une stratégie d’inclusion financière. Pour le directeur national de la Bceao-Sénégal, il s’agit donc de construire des synergies pour favoriser l’inclusion financière, et non de l’appréhender dans une perspective de concurrence.

A cet effet, deux principaux projets sont en train d’être déroulés par la Bceao, dans le domaine du Mobile banking. Selon M. Lô, ceux-ci concernent l’interopérabilité des services financiers et l’accès des institutions de microfinance aux systèmes de paiements de l’Uemoa. En amont, « il faut donc se doter de moyens pour sécuriser les transactions, la protection des données des clients et éviter que la finance digitale soit un terreau pur le blanchiment de capitaux », a-t-il ajouté. En d’autres termes, il s’agit de mettre en place un cadre réglementaire adapté à l’environnement, dans le but de pouvoir maîtriser les risques. Le directeur national de la Bceao a en outre appelé les opérateurs de services financiers digitaux à une réduction et une adaptation des coûts des transactions. M. Lô intervenait dans le cadre de la dernière session du groupe de travail de l’UNCDF, ce 29 novembre 2018, à Dakar, et consacré à la finance digitale.

Amadou BA

 

Related posts

Leave a Comment