Forum francophone de Dakar : L’innovation numérique, facteur d’intégration

Forum-francophone-dakar-Innovation-numérique-Innovafrica

La première édition du Forum francophone s’est ouverte ce matin, à Dakar. Le thème porte sur : « La francophonie comme facteur d’intégration par l’innovation numérique : enjeux et perspectives ». En d’autres termes, il s’agit en substance de répondre à la question :  Comment la francophonie peut-elle accompagner la transformation numérique dans nos sociétés ? Selon le président de l’Organisation sénégalaise des professionnels du numérique (OPTIC), « le numérique permet de répondre aux enjeux actuels et futurs qui se posent aux populations. » Pour cela, M. Antoine Ngom, invite « les pays africains francophones à trouver des solutions pour combler le gap qui les sépare de leurs homologues anglophones. » C’est qu’en effet, l’écosystème numérique africain regorge de potentialités. C’est la raison pour laquelle, il attire de plus en plus d’investisseurs. D’après une étude réalisée par Partech Ventures, un fonds de capital-risque transatlantique, spécialisé dans les TIC, en 2017 : 128 levées de fonds ont été réalisées par 124 startups Tech pour un montant de 560 milliards de dollars.

Dans sa communication, M. Bruno Fuchs, le vice-président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, thème ne pouvait être plus inédit que celui du digital dans l’espace francophone. Seulement, estime-t-il, « l’organisation doit relever le défi de la fragmentation pour mettre en place une approche plus globale. » C’est dans ce sens que s’inscrit le Plan francophone pour la 5G qui est en gestation.

Plaidoyer pour une solidarité numérique

Cette approche de solidarité numérique est en bonne voie à en croire le directeur de l’Autorité sénégalaise de régulation des télécommunications et des postes (ARTP). M. Abdou Karim Sall en veut pour preuve le free roaming. « Coordonné par le Sénégal, il vise à établir un réseau africain de télécommunications. La réception des appels est maintenant gratuite entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire, le Mali, le Burkina Faso, etc. ; bref une demi-douzaine de pays de la sous-région ouest-africaine », a-t-il dit.

Mieux, pense M. Emile Tanawa, le directeur de l’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation, « le développement de l’intelligence numérique par le biais de la formation constitue un bon moyen pour accompagner l’intégration numérique de la francophonie et édifier des sociétés d’information ouvertes. »

Venu présider la cérémonie au nom du Premier ministre du Sénégal, le ministre de la Communication, des télécommunications, des postes et de l’écosystème numérique, Abdoulaye Baldé a, surtout insisté sur la nécessité de maintenir la dynamique d’échanges, de partage et de networking entre les différents acteurs. Ouverte ce 15 novembre 2018, la première édition du forum francophone de Dakar prendra fin le 17. Ses organisateurs ont pris la résolution de la pérenniser selon une périodicité biannuelle.

Amadou BA

Related posts

Leave a Comment