Internet des Objets : Seules 48 % des entreprises capables de détecter les failles de leurs dispositifs

20 milliards d'objets connectés d'ici 2023

Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique, a révélé que seules 48 % des entreprises dans le monde sont capables de détecter si des failles ont affecté leurs dispositifs Internet des Objets (IoT, en anglais).

Les entreprises accordent une grande attention à la sécurité IoT. De 11% du budget IoT en 2017, les dépenses de protection s’élèvent aujourd’hui à 13 %. En dépit de ces efforts, plus de la moitié des entreprises dans le monde ne parviennent toujours pas à détecter les failles dans leurs dispositifs IoT, révèle une étude de Gemalto.

Dans le cadre de cette enquête menée auprès de 950 spécialistes IT et dirigeants d’entreprise du monde entier, Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique affirme que les entreprises demandent aux gouvernements d’intervenir, avec 79 % voulant des directives plus solides quant à la sécurité IoT, et 59 % cherchant à clarifier qui est responsable en matière de protection IoT. Bien que de nombreux gouvernements aient déjà adopté ou annoncé des réglementations spécifiques à la sécurité IoT, la plupart (95 %) des entreprises pensent que des réglementations uniformes devaient être appliquées.

20 milliards d’objets connectés d’ici 2023

Idem chez les consommateurs où cette tendance se firme. En effet, ils sont 95 % à espérer que les objets IoT soient régis par des réglementations de sécurité. « En l’absence de réglementation cohérente, il n’est pas surprenant de voir une recrudescence des menaces, et donc de la vulnérabilité des entreprises. Cette situation perdurera, à moins que les gouvernements n’interviennent dès maintenant pour aider les entreprises à éviter de perdre le contrôle », a alerté Jason Hart, Chief Technology Officer en charge de la protection des données chez Gemalto.

Avec un nombre d’objets connectés prévus pour dépasser les 20 milliards d’ici 2023, les entreprises se doivent d’agir rapidement pour garantir que leur détection des failles IoT est aussi efficace que possible.

Pour Hart, « vu l’augmentation du nombre d’objets IoT, il est extrêmement préoccupant de voir que les entreprises ne parviennent toujours pas à détecter les failles. » Compte tenu de cet environnement et des défis auxquels les entreprises se trouvent confrontées pour assurer la sécurisation des objets connectés et des services IoT, elles appellent à une intervention de l’État. Vivement.

Mouhamed KEBE

Related posts

Leave a Comment