Internet en Afrique : une contribution de 300 millions de dollars au PIB d’ici 2025

EConomie numérique-Emploi-des-jeunes-Lutte-contre-le-chômage

L’accès à Internet en Afrique reste encore faible : 16% en moyenne. Malgré cette situation, les perspectives d’évolution sont particulièrement optimistes.  Selon Deloitte Afrique francophone, filiale du cabinet de conseils et d’audit Deloitte, « la contribution d’Internet au PIB continent pourrait atteindre 300 milliards de dollars en 2025. »

Dans un rapport McKinsey Global Institute évaluaient les gains de productivité de six secteurs d’activité clés (services financiers, éducation, santé, vente au détail, agriculture et administrations publiques) entre 148 milliards et 318 milliards de dollars d’ici 2025.

C’est connu, en Afrique, le chômage touche de plein fouet les jeunes. Chaque année ils sont 30 millions à débarquer sur le marché du travail. Comment profiter de ce dividende démographique par la création d’emplois ou par l’entreprenariat ? Nombreux sont d’avis que le numérique recèle de niches de solutions.

Le numérique, une solution au chômage

D’ailleurs, des études montrent que, « les métiers liés aux nouvelles technologies numériques peuvent véritablement changer la donne sur le continent, renforcer l’employabilité et les capacités entrepreneuriales de la jeunesse. » En effet, 6 millions d’emplois sont créés par an générant une augmentation potentielle du revenu des jeunes Africains de 40 à 200%.

L’essor significatif des startups dans le secteur des TIC témoigne ainsi du dynamisme et des opportunités qu’il recèle. Mieux, les jeunes entrepreneurs d’Afrique, par des idées et innovations proposent des réponses aux problèmes qu’ils identifient dans leur environnement.

Rien que le domaine du codage informatique offre de réelles possibilités de résorption du chômage. Selon l’équipe d’Africa Code Week, « la maitrise du langage informatique et son usage ouvrent le champ à une nouvelle génération dont les qualifications pourront être recherchées quels que soient les secteurs d’activités. »  Frederic Bardeau, cofondateur de Simplon.co, ne dit pas autre chose dans son ouvrage, « Lire, écrire, compter, coder ». Pour lui, « le code constitue un nouveau langage qui, à l’instar des langues officielles de communication internationale, peut véritablement constituer +un passeport pour l’emploi+. »

Amadou BA

 

Related posts

Leave a Comment