« Le numérique offre de nouveaux moteurs de croissance », selon le président de la Banque mondiale

Dans un monde bouleversé par la révolution numérique, « les entreprises technologiques doivent jouer un rôle central pour permettre aux pays d’exploiter de nouveaux moteurs de croissance économique. » C’est l’appel le président de la Banque mondiale, dans une tribune en ligne.

Dans un monde bouleversé par la révolution numérique, « les entreprises technologiques doivent jouer un rôle central pour permettre aux pays d’exploiter de nouveaux moteurs de croissance économique. » C’est l’appel le président de la Banque mondiale, dans une tribune en ligne.

M. Jim Yong Kim (sur la photo) en est convaincu : « Il est impératif de trouver de nouvelles trajectoires de développement pour accéder à la prospérité. » Selon le président de la Banque mondiale, « la voie traditionnelle qui conduisait à la croissance économique et à la création d’emplois via l’industrialisation va devenir très vite obsolète. » En effet, en plus de la précarisation accrue des emplois peu qualifiés, les robots qui, déjà, commencent à remplacer les ouvriers dans les usines de confection et d’autres industries, constituent ainsi une menace.
C’est pourquoi le patron de l’institution financière internationale pense que l’exploitation des potentialités offertes par les technologies permettra de s’attaquer aux plus grands défis de notre temps (la pauvreté et les inégalités, les pandémies, la famine et le changement climatique).
« En aidant les pays à développer de nouveaux moteurs de croissance, nous pourrons faire en sorte que la mondialisation profite à tous et à la planète », a-t-il indiqué. Aussi pense-t-il que le temps presse, et qu’il « est urgent d’agir. » En d’autres termes, M. Kim insiste sur le fait de « rendre la connectivité accessible à tous. » Dans ce sens, des efforts sont consentis. Des études montrent que la généralisation du haut débit pourrait advenir dès 2025, au profit des 8 milliards d’habitants que comptera la planète. De plus d’ici quelques années, tout le monde ou presque aura accès à un smartphone. « Cet outil intelligent s’avère un formidable accélérateur des aspirations individuelles, il faudra veiller à ce que ces aspirations s’accompagnent d’opportunités. » Faute de quoi, « ces aspirations frustrées risquent d’aggraver les inégalités et l’insécurité dans le monde », prévient le président de la Banque mondiale.

Hawa THIAM

Related posts

Leave a Comment