Levées de fonds : Le fossé s’élargit entre l’Afrique anglophone et francophone

Levées-de-fonds-Fundraising-Afrique-Innovafrica

Autant existe-t-il un gros écart entre les sommes levées par les startups africaines et d’ailleurs, autant, le gap est grand si l’on compare la zone anglophone et francophone du continent.

D’après une étude récente de la Société financière internationale (IFC, en anglais), la branche de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, les tech entrepreneurs d’Afrique ont levé 556 millions de dollars, en 2017. Malgré une hausse de 53%, comparativement à 2016, cette somme représente des clopinettes vue d’Amérique latine qui a atteint 1,9 milliard de dollars US ou d’Inde avec 7,4 milliards de dollars récoltés.

Derrière cette disparité entre le continent et le reste du monde se cache une autre : celle entre l’Afrique anglophone et francophone. Et le gap est énorme.

Sur 54 pays du continent, quatre seulement (Afrique du Sud, Kenya, Nigeria), si l’on y ajoute l’Égypte, ont capté 84% de la valeur de ces capitaux levés. Or, seules 22% des startups d’Afrique sont installées dans ces pays.

Les startups sud-africaines ont levé 167 millions de dollars, celles du Kenya ont attiré 147 millions de dollars, le Nigeria, 114 millions de dollars, et 37 millions de dollars réunis en Égypte. Les startups des autres pays rencontrent ainsi d’énormes difficultés d’accès aux financements.

L’étude de l’IFC révèle également que les principaux secteurs dans lesquels cet argent a été investi sont les technologies financières à 24%, l’énergie solaire hors réseau à 21% et le commerce électronique à 19%.

La plus grosse levée de capitaux, en Afrique, en 2017 a été réussie par Andela Software du Nigeria qui a capté 40 millions de dollars, lors d’une opération d’investissement de Série C, conduite par la société sud-africaine CRE Venture Capital.

La startup nigériane, spécialisée dans la formation n’en était pas à sa première importante levée de fonds. En 2016, elle avait déjà recueilli 24 millions de dollars, au cours d’une levée financière de série B conduite par la Chan Zuckerberg Initiative.

Fatou K. WADE

Related posts

Leave a Comment