Mastercard préconise l’inclusion financière des femmes par les technologies

financial-inclusion-gender-innovafrica

En marge du 28e Forum économique mondial sur l’Afrique ouvert mercredi, au Cap, Mastercard a organisé, la deuxième édition de son événement « Ensemble, nous dirigeons », pour discuter des défis auxquels font face les femmes chefs d’entreprise en Afrique et sur le rôle de la technologie dans la promotion de la croissance inclusive.

L’objectif de cet événement visait à rendre l’éducation, la technologie et le capital plus accessibles, dans le but d’encourager le dialogue culturel et vaincre les stéréotypes sexistes. Les débats ont ainsi porté sur les manières dont le potentiel des femmes pourrait être utilisé pour créer des économies plus fortes et plus durables.

« Aujourd’hui, l’entreprenariat est l’une des plus grandes opportunités pour les femmes africaines. Bien que l’Afrique soit la seule région du monde où plus de femmes que d’hommes choisissent de devenir entrepreneurs, les femmes sont encore contraintes par le manque de soutien et de ressources, de formation et d’acceptation sociale. », a déclaré Suzanne Morel, Responsable pays – Afrique du Sud, Mastercard.

Il est surtout ressorti des débats que la numérisation de l’argent par l’intégration de davantage de personnes dans l’économie formelle, en réduisant la pauvreté et les inégalités de revenus, est particulièrement bénéfique pour les femmes touchées de manière disproportionnée par l’exclusion financière.

« Grâce à notre Laboratoire d’Inclusion Financière, nous avons pu aider des millions de femmes via les produits que nous avons lancés pour soutenir des secteurs tels que l’éducation, l’agriculture et les PME. Kupaa, notre outil de paiement numérique pour faciliter le paiement des frais de scolarité, est actuellement disponible dans plus de 350 écoles en Afrique, avec plus de 160 000 étudiants et 110 000 parents qui utilisent la solution. Ce n’est qu’en adoptant une approche de partenariat que nous pourrons générer des idées et relever les défis locaux pertinents pour les populations mal desservies et non bancarisées », a déclaré Salah Goss, Responsable du Laboratoire d’Inclusion Financière de Mastercard.

En Afrique subsaharienne, l’échec d’intégration des femmes dans les économies nationales coûte une perte de productivité de 95 milliards de dollars par an.

Fatou B. DIOP

Related posts

Leave a Comment