« Produire des champions nationaux, c’est miser sur la jeunesse et les PME » (Tony Elumelu)

Tony-Elumelu-Africapitalism-CIEA-2019-Innovafrica

Pour créer des champions nationaux aptes à relever le défi de l’émergence de l’Afrique, le banquier et philanthrope nigérian, Tony Elumelu, appelle les pouvoirs publics à soutenir l’initiative privée.

Comment favoriser l’émergence de champions nationaux en Afrique ? A cette question, Tony Elumelu propose une réponse toute simple, mais infaillible. Pour le patron de Heirs Holding, « les gouvernements africains doivent davantage et obligatoirement miser sur sa jeunesse sur les PME. »

Et le grand boss de la banque UBA sait de quoi il parle. En effet, le philanthrope nigérian, à travers sa Fondation Tony Elumelu, a formé et octroyé un fonds d’amorçage de 5 000 dollars qui a permis à autonomiser plus de 4 500 primo-entrepreneurs africains en quatre ans, dans d’un programme décennal doté de 10 millions de dollars.

Selon lui, un pays émergent est celui dans lequel les PME se portent bien, car portées par des champions nationaux. Pour cela, a déclaré cette icône des jeunes beaucoup de jeunes entrepreneurs africains, « les gouvernements doivent créer les conditions favorables à l’épanouissement du secteur privé africain, qui crée des emplois et propulse l’activité économique du continent. » Car, pour Elumelu, « les PME sont le moteur du développement de toute économie partout dans le monde. »

Mettre en place un conglomérat africain du secteur privé 

Ainsi, il appelle les pouvoirs publics, le secteur privé, les investisseurs, à faciliter l’accès au capital de la part des PME et des jeunes entrepreneurs du continent.

Tony Elumelu a partagé ces réflexions dans le cadre de la plénière, au premier jour de la Conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique (Dakar, du 17 au 19 janvier 2019), en compagnie M. Macky Sall, le chef de l’Etat sénégalais, son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, des Premiers ministres de Côte d’Ivoire et de Malaisie, entre autres personnalités. A son tour, M. Coulibaly a rappelé que dans son pays, « 20% de la commande publique sont réservés aux PME ivoiriennes. » Tout pour dire qu’il est juste question de volonté politique. Car, pour lui, « le soutien et la promotion des champions nationaux doit être un impératif pour dans les pays africains. » Il a par ailleurs invité les entrepreneurs et PME nationaux à « penser régional et global et non pas local. »

En ce sens, M. Elumelu plaide pour la mise sur pied d’un conglomérat africain du secteur privé  pour prendre à bras le corps leurs préoccupations et davantage participer à l’émergence et le développement de l’Afrique.

Amadou BA

 

Related posts

Leave a Comment