Sénégal : Acteurs publics et privés planchent sur la stratégie d’exportation de la filière numérique

Antoine Ngom-OPTIC-ITC-Innovafrica

Avec plus de 5 % de son PIB réalisé dans la filière numérique, le Sénégal possède le potentiel nécessaire pour devenir le carrefour de l’innovation numérique en Afrique subsaharienne. Suffisant pour que des leaders de l’industrie numérique, des chefs d’entreprises et des représentants du gouvernement et d’organisations d’appui au commerce se réunissent à Dakar, la capitale, ces 9 et 10 octobre, pour des consultations dans le secteur des technologies de l’information et de la communication et l’externalisation des processus métiers (IT-BPO). Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’appui du Centre du commerce international (ITC) au gouvernement du Sénégal pour le développement d’une stratégie nationale pour l’exportation de services IT-BPO. Sur base d’un diagnostic sectoriel détaillé, la consultation devra valider des orientations stratégiques et un plan d’actions pour positionner le Sénégal comme leader africain dans le commerce des services numériques.

Une première cartographie du secteur, réalisée sur la base du travail de l’ITC, insiste sur l’importance de doter le pays d’une stratégie opérationnelle à l’export.

Antoine Ngom : « La révolution numérique du Sénégal passe par l’IA, le big data), le blockchain, l’IoT, etc.»

70 % des PME sénégalaises sont spontanément parties à la conquête des marchés de l’Afrique de l’Ouest et au-delà. « Il s’agit d’actions isolées qui méritent d’être accompagnées et soutenues », souligne Antoine Ngom (photo), le président de l’Organisation des professionnels des TIC du Sénégal (Optic). « La révolution numérique du Sénégal passe par des leviers majeurs : l’intelligence artificielle, les mégadonnées (big data), le blockchain, la dématérialisation ou encore l’Internet des objets.  Autant de marchés pour lesquels un véritable plan d’actions s’impose pour gagner en compétitivité », ajoute-t-il.

L’enjeu de cette consultation consiste à faire converger les parties prenantes publiques et privées vers une orientation opérationnelle. Ministères de tutelle, associations sectorielles, chefs d’entreprises, organismes de formation et incubateurs de start-ups ont été invités à définir ensemble des priorités. « Je voudrais insister auprès de l’ensemble des acteurs concernés pour une implication forte lors de cette consultation afin de contribuer à doter le secteur d’une stratégie opérationnelle pour l’exportation de services IT-BPO en parfaite cohérence avec la stratégie Sénégal numérique 2025 et les objectifs du Plan Sénégal Emergent (PSE) », insiste Alioune Sarr, ministre en charge du commerce et des PME. Le Sénégal espère porter la contribution du numérique au PIB à 10% à l’horizon 2025.

Le développement de la stratégie d’exportations pour le secteur IT-BPO s’inscrit dans le cadre du programme Netherlands Trust Fund (NTF) IV Sénégal – financé par le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas –  qui vise à soutenir le développement de cette filière dans le pays.

Innovafrica.net

 

Related posts

Leave a Comment