Sénégal : Comment devenir une startup nation à l‘horizon 2030

Innovation-ecosystem-capacity-building-Sénégal-2030–Africa-s-startup-nation-Innovafrica

Comment devenir une startup nation à l‘horizon 20230 ? Vaste question et gros défi, mais pas impossible à relever, qu’a tenté de répondre l’ambassade d’Israël au Sénégal, la Fondation Konrad Adenauer de Dakar et la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER) par le séminaire de formation de haut niveau (1er et 2 juillet 2019, à Diamniadio) organisé à l’intention des entrepreneurs, cadres étatiques et employés d’entreprises du Sénégal.

Sur le thème « Innovation ecosystem capacity building : Sénégal 2030 – Africa’s startup nation », l’objectif du séminaire était clairement défini : Faire du Sénégal une « startup nation » à l‘horizon 2030. Une gageure ? Que non ! « Le Sénégal détient tous les atouts pour  y parvenir», estime M Thomas Volk, représentant-résident de la Fondation Konrad Adenauer. Selon lui, « le capital jeune entrepreneur existe et a tout pour réussir. Il lui manque juste un peu d’encadrement pour renforcer l’écosystème et, ainsi, opérer une synergie entre le secteur éducatif, les entrepreneurs, le secteur privé et le gouvernement, les ONG et les médias. »

Pour le délégué général à l’entreprenariat, M. Papa Amadou Sarr, « le Sénégal dispose de ressources, humaines et financières, pour devenir un des plus importants hubs numériques du continent. »

Ecosystème-entrepreneurial-et-tech-au-sénégal-Innovafrica

« L’Etat sénégalais est en train de jouer sa partition par des projets de partenariat public-privé, la promotion de l’entreprenariat, la construction d’infrastructures technologiques de pointe, etc. Le but étant de réussir le « leapfrog » qui permettra au pays de soutenir son développement grâce à l’économie numérique. »

 

« Dans ses politiques publiques, le Sénégal réserve une grande place au numérique par, entre autres, le renforcement des capacités techniques et financières des entrepreneurs », renchérit Mme Ndèye Tické Ndiaye, la ministre de l’Economie numériques et des télécommunications. Seulement, tempère Sarr, « tout cela doit être mieux coordonné. »

C’est en ce sens que l’ambassade d’Israël au Sénégal vient en appoint aux autorités sénégalaises, à travers, notamment, ce séminaire qu’il a organisé, en collaboration avec la Fondation Konrad Adenauer et la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER). Le but, selon l’ambassadeur Roï Rosenblit, est de « partager de nouvelles approches et tendances par une synergie entre Etat, secteur privé, université, ONG et entrepreneurs pour construire un écosystème entrepreneurial et Tech sénégalais plus attractif. »  Et ainsi faire du Sénégal une startup nation à l’horizon 2030.

Fatou K. WADE

Related posts

Leave a Comment