Sénégal-Régulation : lancement effectif du dégroupage partiel de la boucle locale

Bonne nouvelle pour les fournisseurs d’accès internet (FAI) et les opérateurs de réseaux télécoms ouverts au public du Sénégal. A partir de ce 10 juillet, ils auront directement accès à la boucle locale, propriété de Sonatel, pour offrir plus de services innovants. Cette mesure prise par l’Autorité de régulation des télécommunications et postes (Artp) est motivée, selon le directeur général de l’Artp, Abdou Karim Sall (photo), par« les difficultés techniques et économiques des opérateurs et FAI de reproduire la même infrastructure filaire. » Le dégroupage partiel de la boucle locale permettra leur permettra ainsi de fournir, par exemple, des offres ADSL.  Dans le cas du dégroupage total, la mesure leur offrira la possibilité de se lancer, outre le service de données, dans l’offre de la télévision sur Internet et dans le segment des voix. Le dégroupage total est, pour le moment, limité au 31 décembre 2018. Des négociations auront donc lieu après cette date.

Pour M. Sall, « l’objectif global de l’Artp est de renforcer la concurrence sur le marché de l’Internet et de promouvoir le développement des usages pour toutes les catégories de clientèle à savoir les individus, les ménages et les entreprises. »

Mais au-delà, il s’agit pour l’autorité de régulation d’offrir, entre autres, la possibilité aux opérateurs alternatifs d’exercer librement leurs activités, afin de participer au développement du haut et très haut débit, et au consommateur d’avoir une liberté de choix, une baisse des tarifs. Avec l’arrivée, en mars 2018, de trois nouveaux FAI sur le marché des télécommunications sénégalais, le dégroupage fait poindre de tels espoirs.

Le Sénégal devient ainsi le premier pays d’Afrique de l’Ouest à adopter une telle mesure. « Un résultat obtenu après que l’idée a été émise il y a 13 ans, en 2005, via une démarche concertée et inclusive », a ajouté le directeur général de l’Artp.  En définitive, le dégroupage vise le développement des services de l’Internet fixe qui n’est que de 2 %, comparé à l’Internet mobile qui concentre 98 % des usagers.

Amadou BA

 

Related posts

Leave a Comment