Sénégal : « L’initiative ‘Choose Africa’ : une réelle opportunité de financement des startups » (Ministre de l’Economie)  

choose-africa-sénégal-innovafrica

Le ministre sénégalais de l’Economie, Amadou BA a déclaré lors du lancement officiel ce matin, à Dakar, que l’initiative « Choose Africa » constitue une réelle opportunité de financement et d’encadrement des startups et PME.

Deux semaines après son lancement au Kenya, par le président Emmanuel Macron, c’était autour du Sénégal d’accueillir officiellement l’initiative « Choose Africa ». Ce 29 mars 2019, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire a ainsi procédé au lancement officiel pour le Sénégal, de « cette généreuse idée du président français, qui concrétise la volonté de la France d’accompagner la révolution de l’entreprenariat et de l’innovation en Afrique », a déclaré le ministre sénégalais de l’Economie, Amadou BA.

Malgré la volonté politique des autorités sénégalaises, notamment la Délégation à l’entreprenariat rapide (Der) doté d’un fonds de 30 milliards de francs CFA, et qui sera porté à 100 milliards de francs CFA, pour les startups et PME, les jeunes entrepreneurs font face à un problème d’accès au financement. C’est pourquoi, « Choose Africa », le fonds de 2,5 milliards sur une période de quatre ans au profit de l’entreprenariat sur le continent constitue un appui de taille. Pour autant l’entreprenariat connaît un engouement sans précédent.

Selon Amadou BA, ministre sénégalais de l’Economie, « malgré les contraintes liées au financement, aux qualifications, aux intrants, à l’accès aux marchés, etc., des entrepreneurs africains essayent tous les jours d’apporter des idées nouvelles. »

Cependant, « l’insuffisance des moyens financiers augmente les défaillances notées dans la maitrise de la chaine d’approvisionnement et de commercialisation. Cette absence d’appui financier limite leurs marges de manœuvre pour saisir les opportunités offertes par la montée en puissance. »

Sous ce rapport, l’initiative « Choose Africa » constitue, à côté des efforts des organisations sous régionales, de l’Union africaine à travers son agenda 2063, et de la Banque africaine de Développement- une réelle opportunité de financement et d’encadrement des micro et moyennes entreprises, a également dit le ministre.

Fatou B. DIOP

 

Related posts

Leave a Comment