Sénégal : Une démarche multi-acteurs prônée pour lutter contre les violences sur le genre sur Internet

Pasnegg-Festic-Violences-Genre-sur-Internet-TIC-Sénégal-Innovafrica

Pour trouver des solutions aux violences faites aux femmes sur le net, des associations féminines sénégalaises œuvrant dans le numérique préconisent une démarche collaborative.

C’est peu de dire que l’Internet draine des effets pervers. Parmi ces grandes victimes figurent la gent féminine. Mme Amina Diagne, secrétaire général de l’Association des Femmes sénégalaises dans les TIC (FESTIC), n’y va pas par quatre chemins pour le dire.

Selon elle, « sur le web, les femmes et filles sont plus vulnérables et plus exposées. » D’où l’importance du forum sur le « Rôle des communautés de femmes sur le web pour l’éradication des violences basées sur le genre », tenu ce 15 mars 2019 à Dakar.

Autour du Projet d’appui à la stratégie nationale pour l’équité et l’égalité de genre (PASNEGG), les organisations de femmes évoluant dans le secteur des TIC ont préconisé une approche synergique pour lutter contre les menaces qui pèsent sur les femmes sur la toile.  « A l’heure des TIC, la parti pris de la démarche participative et de la mise en débat des problématiques sur des modes interactif, collaboratif et grand public, constitue une innovation », s’est d’ailleurs félicité M. Ousamne Kâ du ministère sénégalais de la Femme, de la famille et du genre.

C’est cette démarche multi-acteurs qui a permis, selon M. François Ndiaye, d’intégrer dans le PASNEGG des activités de communication avec le FESTIC pour un changement de comportement positif vis à vis des femmes sur le net.

Le Sénégal dispose d’organes chargés de la violence en ligne à l’égard des femmes : la Division nationale de cryptologie, la Division spéciale de cybersécurité du ministère de l’Intérieur, la Plateforme spéciale de cybersécurité de la Gendarmerie et la Commission des données personnelles (CDP).

Le forum, « Rôle des communautés de femmes sur le web pour l’éradication des violences basées sur le genre », a été organisé avec l’appui de l’Agence italienne pour la coopération au développement.

Amadou BA

Related posts

Leave a Comment