Smart Africa signent deux accords avec Digital Africa et l’AFD pour accompagner les startups et l’atteinte des ODD

samrt-africa-digital-africa-afd-étransition-numérique-en-afriaue-innovafrica

Ce 21 juin, à Kigali le directeur général du Secrétariat de Smart Africa, M. Lacina Koné, a signé deux protocoles d’entente, avec Karim Sy, président de Digital Africa et Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD) pour promouvoir les écosystèmes entrepreneuriaux en Afrique, accompagner la transition numérique pour la réalisation des ODD.

Le protocole d’accord signé entame une étroite collaboration entre Smart Africa et Digital Africa et définit des actions communes sur cinq thèmes clés de l’économie numérique en Afrique :

  • Cartographier, évaluer et développer des écosystèmes d’entreprises numériques, intelligents et porteurs sur le continent africain ;
  • communiquer et plaider en faveur de l’amélioration des cadres réglementaires, des politiques et des réseaux habilitants sur le continent africain ;
  • mutualiser les ressources afin de constituer une base de données de ressources communes pour les entrepreneurs africains ;
  • Soutenir les programmes de renforcement des capacités en faveur des entrepreneurs africains et du développement des startups sur tout le continent ;
  • Améliorer l’accès au financement pour les startups africaines, en particulier à un stade précoce.

Accélérer l’atteinte des ODD

L’autre accord de partenariat signé entre Lacina Koné, directeur général du Secrétariat Smart Africa et Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD) vise à soutenir la transition numérique du continent africain et d’accélérer la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) en Afrique, à travers la transition numérique.

Quatre thèmes clés ont été identifiés pour progresser ensemble vers la réalisation de cette ambition :

  • L’émergence de villes intelligentes africaines afin qu’elles puissent tirer parti des TIC pour construire des villes inclusives, durables et dynamiques.
  • Le soutien d’écosystèmes d’entrepreneurship numériques fertiles et connectés, qui ont besoin de politiques et de réseaux porteurs.
  • l’extension de l’accès à la connectivité à large bande par la facilitation des interconnexions internationales entre pays.
  • Instaurer la confiance dans l’espace numérique, notamment par la protection des données à caractère personnel et la cybersécurité.

Selon Lacina Koné, « les TIC sont l’avenue par laquelle les ODD et le développement socio-économique seront réalisés dans l’ensemble de l’Afrique. Notre partenariat avec le groupe AFD, concrétisé dans le protocole d’accord que nous avons signé, nous permet d’intégrer davantage de personnes dans le processus de développement. » Rémy Rioux pour sa part a déclaré que, « l’utilisation des technologies numériques pour accélérer la réalisation des ODD est au cœur de la stratégie du groupe AFD. C’est donc un privilège de sceller un partenariat avec Smart Africa ! »

L’alliance Smart Africa réunit des chefs d’État qui souhaitent accélérer la numérisation du continent et créer un marché commun. Lancée en 2013 par sept chefs d’État africains lors du Sommet Transform Africa de Kigali, qui a adopté conjointement le Manifeste Smart Africa, l’Alliance compte désormais 25 pays membres représentant plus de 600 millions de consommateurs et des dizaines de membres parmi les plus grandes entreprises et universités du continent.

Related posts

Leave a Comment