Soutien à l’entreprenariat : L’IFC signe un accord avec la Mauritanie

IFC-banque-mondiale-Mauritanie-Entrepreunariat-Innovafrica

IFC, l’institution du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé dans les marchés émergents, vient de signer un accord d’assistance technique pour un appui à l’entreprenariat en Mauritanie.

Le document a été paraphé par le directeur régional d’IFC, Aliou Maiga, et le ministre mauritanien de l’Economie et des finances, M. Moctar Ould Diay. L’accord vise à améliorer l’environnement des affaires et encourager l’entreprenariat dans le pays. Dans le cadre de cet accord, « l’IFC fournira une assistance technique pour résoudre les failles identifiées dans le cadre légal et réglementaire mauritanien. IFC travaillera également avec le gouvernement pour élaborer un programme viable d’appui à l’entreprenariat qui facilitera le développement des PME, notamment celles dirigées par des femmes et des jeunes », peut-on lire dans un communiqué qui nous est parvenu. « Je suis convaincu que les jeunes Mauritaniens suivront leur passion et feront véritablement carrière dans l’entreprenariat, pour créer des emplois et soutenir la croissance économique du pays », a déclaré Maiga.

Le secteur privé mauritanien demeure majoritairement informel, tandis que les entreprises font face à diverses contraintes dans l’actuel cadre légal et règlementaire. « Au nombre de ces contraintes figurent une législation inadéquate sur la question des droits à la propriété, une justice commerciale manquant d’efficacité, le difficile accès aux financements et les procédures de commerce transfrontalier complexes », poursuit le communiqué.

Toutefois, la Mauritanie a réalisé des progrès significatifs dans l’amélioration de son environnement des affaires au cours des dernières années. Depuis 2015, le pays a gagné 28 places dans le classement sur la facilité de faire des affaires du rapport Doing Business du Groupe de la Banque mondiale. En 2016, la Mauritanie a figuré parmi les dix économies les plus réformatrices au monde selon ce rapport.  « Les reformes importantes que nous entendons mettre en œuvre contribueront à rendre le secteur des affaires plus dynamique et viable en Mauritanie », a promis le directeur régional d’IFC.

Le projet est financé par le gouvernement japonais, et sera exécuté jusqu’en 2020.

Hawa THIAM

Related posts

Leave a Comment