Technologies : Acculé dans le monde, Huawei en opération de charme au Sénégal

huawei-mesri-Innovafrica

Le ministère sénégalais de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a officiellement lancé, ce 10 décmbre 2019, le concours national sur les technologies de l’information et de communication (TIC) avec le soutien du géant chinois de fourniture de d’infrastructures et de solutions informatiques, Huawei, qui fait face actuellement à des affaires judiciaires dans le monde.

La compétition est ouverte à tous les étudiants du Sénégal. Une sélection préliminaire est prévue le 14 mars 2019 au niveau national avant la finale nationale qui aura lieu le 2 avril 2019 qui désignera les trois étudiants sénégalais qui représenteront leur pays à la grande compétition internationale, Huawei ITC 2019, en Chine.

Présent à la signature de la convention, M. Milo Liang, le président de Huawei de la région Nord et Ouest, a rappelé, que « le Sénégal figure parmi les premiers africains bénéficiant de ce programme. »  Pour l’ambassadeur chinois au Sénégal, M. Zhang Xun, cette convention constitue une « plateforme pour former et épanouir les jeunes talents sénégalais dans les TIC en faveur de la transformation de l‘économie numérique au Sénégal », a-t-il ajouté. Ce concours sur les TIC entre dans le cadre d’une politique de mise en place d’académies Huawei dans les institutions d’enseignement supérieur publics et privés. Selon le ministre sénégalais de l’Enseignement supérieur et de l’innovation, M. Mary Teuw Niang, « il permettra à celles à celles-ci de bénéficier de curricula professionnels de renforcement des compétences dans les TIC sur tout le territoire sénégalais. »

Former 5 000 étudiants sénégalais dans les TIC

Au début du mois de décembre 2018, Huawei signait déjà avec le même ministère sénégalais un mémorandum d’entente pour la formation de 5 000 étudiants sénégalais aux technologies certifiées Huawei. Avec ces deux partenariats, le géant chinois entend accompagner l’explosion des talents locaux dans le domaine des TIC. De belles initiatives qui tranchent avec l’actualité de Huawei, dominée ces derniers jours par des affaires judiciaires. En effet, Meng Wanzhou la directrice financière du groupe, par ailleurs fille du fondateur de Huawei, vient d’être remise en liberté contre une caution de 10 millions de dollars canadiens et sous plusieurs conditions après son arrestation au Canada, le 1er décémbre 2018. Les Etats-Unis, qui demandent son extradition l’accusent d’avoir dissimulé des liens existant entre l’équipementier télécoms chinois et une firme qui essayait de contourner les sanctions américaines contre l’Iran.

En outre, comme dans une atmosphère de guerre froide, Huawei, fondé par un ancien ingénieur de l’armée chinoise, est également pointé du doigt dans plusieurs pays, dont les États-Unis, l’Australie et le Japon, pour des soupçons d’espionnage potentiel. Au Sénégal, Huawei collabore avec l‘opérateur télécoms Orange.

Amadou BA

Related posts

Leave a Comment